tai chi wu

Petit glossaire du Tai Chi Wu

Indications d’Ito Sensei pour la pratique du Taichiwu

Axes : Avoir conscience de l’axe du corps, des axes. Ne pas casser ces axes (en pliant le dos par exemple). L’axe nous relie au ciel et à la terre ; il se prolonge profondément dans la terre et dans le ciel. Il passe au centre du corps entre les chakras racine (à l’entre-jambe) et couronne (au sommet du crâne).

Balance : Equilibre par rapport à l’axe et au centre du corps. Au repos (position droite) le corps est en position « tour Eiffel », l’axe du corps est à l’aplomb du centre du carré (rectangle) formé par les pieds, les genoux sont  »déverrouillés » (légèrement pliés)

Pieds : les pieds sont parallèles. Ils forment un parallélogramme (rectangle ou trapèze). Leur écartement est celui des épaules (conserver cet écartement dans les déplacements). Avoir la sensation d’évoluer sur une fine couche de glace, les plantes des pieds complètement en contact avec le sol (sensation d’expansion de la surface de contact). Dans les déplacements, faire passer le poids d’un pied sur l’autre (d’une jambe sur l’autre).

Tête : Pousser le sommet du crâne vers le haut, le ciel. Rentrer le menton sans forcer. Garder le cou (la nuque) droit. En fin de déplacement, le menton est souvent à l’aplomb du genou et du pied.

Epaules : Les épaules sont complètement relâchées, détendues. Ainsi que les fessiers (libération du bassin).

Omoplates : Pointer les pointes des omoplates vers le bas, le sol.

8 directions (est, nord-est, nord, nord-ouest, ouest, sud-ouest, sud, sud-est). Rester précis sur ces 8 directions relatives (pas nécessairement géographiques).

Pleine conscience : développer la pleine conscience, la présence, la concentration, l’ouverture. Pleine conscience du mouvement, de son axe, de son équilibre, de l’espace, de la respiration…

Fang song (se détendre) : Détendre le corps (et la pensée). Lâcher prise. Lâcher les tensions. Afin de devenir plus réceptif au mouvement naturel et libérer le mouvement.

Song Rou : Détendu, à l’aise (Song) doux et souple (Rou) : doux et fluide, doux et léger, doux et calme. (cf le texte  »song-rou , xu-kong , yuan-man « 

Ascent / Descent : (Montée et Descente) En position droite, Ascent : sensation de laisser monter l’énergie, le souffle jusqu’au sommet du crâne et dans le ciel en inspirant (pousser le sommet du crâne vers le haut) ; Descent : sensation de laisser descendre l’énergie, le souffle, jusque dans les pieds et dans la terre en expirant (pointer les majeurs vers le sol).

Expansion / concentration : Respiration du corps énergétique. L’expansion se fait dans toutes les directions à partir du centre. Sensation du futon (ou balle de coton) humide qui  »s’expand », qui se regonfle en séchant au soleil. Le corps en entier est en expansion. La concentration se fait de toutes les directions vers le centre (sensation de rapetissement)

Ming men : La Porte de la Vie. Se situe entre les 2è et 3è lombaires. Ouvrir Ming Men signifie ouvrir la région lombaire en l’arrondissant (sans se pencher en avant), en  »déverrouillant » les genoux (en les pliant très légèrement, ou plus franchement, dans la position du cavalier (kibadachi) par exemple.). Ouvrir l’arrière du corps implique la fermeture de l’avant (et inversement). L’ouverture de Ming Men est utilisée notamment dans la Poussée des Mains (Tuishou)

Bambou : (mode bambou). Fang song, relâché ne veut pas dire mou. Le corps est en expansion vers le haut et vers le bas (sensation de l’axe). Le vide interne du bambou, comme un conduit de cheminée laisse circuler les énergies librement. Le corps est relâché mais ferme, souple mais dense.

Bassin : Les mouvements naissent au niveau des pieds et sont transmis par les jambes au bassin puis au tronc et aux bras. Les mouvements transmis par le bassin ont le plus souvent une composante circulaire / helicoïdale (et en forme de 8).

Lenteur et Mouvements : les katas ou taos (enchaînements) de Taichi se pratiquent avec lenteur (idéalement les mouvements sont effectués à la vitesse de 5cm par seconde). Le mouvement part des pieds. La fin d’un mouvement est le début du suivant. Les mouvements s’enchaînent sans interruption.

Les yeux : Laisser voyager les yeux (le regard). Le regard guide le mouvement. Dans certains mouvements le regard précède, anticipe le mouvement. Utiliser le regard comme vecteur (directionnel) dans la poussée des mains. Le regard va au delà.

L’Intention et le Cœur : L’origine, l’initiative du mouvement est l’Intention. L’intention est reliée au cœur. Dans les pratiques en kumités, à deux ou plus, il s’agit de d’entrer en relation de cœur à cœur. L’ouverture du chakra du cœur permet l’intention juste.


放鬆 放鬆 再 放鬆
Fang Song  Fang Song  Zai Fang Song
Relax Relax just Relax
Détendez-vous, détendez-vous, Détentez-vous
simplement
周身 内外 一切 鬆
Zhou Shen Nei Wai Yi Qie Song
Whole Body Inside Outside Everything Relax
Le corps est détendu à l’intérieur, tout comme
à l’extérieur.
馬 長勲
Ma Chang-xun

 

鬆・柔、虚・空、円・満
Song-Rou, Xu-Kong, Yuan-Man
Ces 6 caractères décrivent efficacement le développement de l’esprit et du corps dans la pratique du Tai Chi Chuan.
À mesure que nous progressons en keiko, certaines caractèristiques corps-esprit commencent à se développer :
– « Song » signifie relâché, ou en détente
– « Rou » signifie doux et souple. Nous disposons aussi de trois caractères Chinois supplémentaires qui expriment des sentiments similaires :
— (« Ruan », signifiant doux et fluide)
— (« Zhi », signifiant doux et léger)
— (« Jin », signifiant doux et calme)
– « Xu-Kong » (le caractère pour la déficience et le vide, signifiant qu’à l’intérieur de nous-mêmes nous répondons naturellement à un stimulus extérieur)
– « Yuan-Man » (le caractère pour rond et plein, signifiant que nous sommes naturellement emplis de KI énergie universelle)
Aussi gardez toujours « Song-Rou » à l’esprit que ce soit lorsque vous pratiquez méditation debout, kata ou poussée des mains.
« Song-Rou » devient une partie croissante de votre conscience, votre moi  interieur    s’emplira de plus en plus de déficience et de vide.
Le véritable mouvement naturel émane de véritables déficience intérieure et vide ; ainsi votre corps répondra facilement et sans heurt à un stimulus extérieur.
Un corps détendu effectue des jugements instantanés à partir des senseurs de la peau et autres influx, et répond naturellement et adéquatement.
De nombreux textes de référence de la médecine Chinoise contiennent des informations relatives au Tai Chi, rendant très difficile de distinguer une quelconque différence essentielle entre les arts martiaux et la médecine. La méditation ramène le Tanden intérieur à son état idéal, empli de la même force vitale que celle d’un nouveau-né. Cet état est le même que l’état idéal dans les arts martiaux.
En d’autres termes, la spiritualité des arts martiaux Chinois est la capacité de vivre en tant qu’être humain naturel.
Extrait de l’article écrit par Professeur Tomoji Miyamoto, Université de Chuo
Les Arts Martiaux Chinois pour le Corps, le Mental et l’Esprit – Le Monde de Ma Chang Xun,
Maître de Quatrième Génération en Tai chi Wu traditionnel.

 

Un cycle de guérison

Choshin – Chosoku – Choshin

(Conditionnement du corps – Respiration – Connexion aux autres)

Relâchez la tension de vos épaules et votre respiration se tranquilise,

A mesure que votre respiration devient tranquille, votre esprit se calme,

A mesure que votre esprit et votre corps deviennent calmes, votre respiration s’approfondit,

A mesure que votre respiration s’approfondit, votre prise en considération des autres s’améliore,

A mesure que votre Ki-Energie atteint les autres, les gens autour de vous deviennent plus détendus en votre présence.

H.F. Ito

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close