shintaido

Le Shintaido a été crée au Japon dans les années 70 par Maître Hiroyuki Aoki à la tête d’un groupe d’étude composé d’une trentaine de professionnels des arts martiaux, la « Rakutenkai » .

Aoki découvre le karaté en entrant à l’université Chuo de Tokyo. Il devient en trois ans capitaine du club de karaté de son université sous la direction de Maître Shigeru Egami fondateur de l’école Shotokai. A la demande de Maître Egami, il dirige les cours de Shotokai au Karate Hall de Tokyo pendant sept ans et effectue un énorme travail de compilation et de conservation des nombreux katas de karate.

En 1966 M. Aoki fonde la Rakutenkai, association à but non-lucratif destinée à l’étude de la Bible, des Beaux-arts, de la cérémonie du thé et des arts martiaux.

Dans le cadre de la Rakutenkai il réunit une trentaine d’instructeurs, tous experts en arts martiaux. Ensemble ils pratiquent avec une intensité extrème à la recherche d’une voie nouvelle. Pendant cette période qui dure trois ans, ils étudient, outre le karaté, surtout le Bojutsu (bâton long), le Jojutsu (bâton court), le kendo (sabre), la méditation . C’est de la synthèse de tous ces arts (et bien d’autres) que naquit le Shintaido « nouvelle voie du corps »

Le Shintaido est principalement articulé autour de deux katas fondamentaux : Tenshingosô et Eiko (à la base de nombreuses variations et développements) ainsi les katas : Ikari, Wakamé Taiso et Taymio.

Tenshingosô : Littéralement signifie « cinq expressions de l’énergie  cosmique » et se pratique en vocalisant cinq voyelles. Cet exercice d’ouverture et d’étirement peut être effectué en une minute, mais il vous remplit d’énergie et vous conduit naturellement à une appréciation plus profonde de votre rytme de vie et des cycles de la nature.

Eiko : Originellement nommé « Eiko no Ken » qui signifie « sabre de gloire ». Cette forme simple de mouvement du sabre est une incarnation de la pilosophie orientale du « Ten Chi Jin » (ciel, Terre et Homme) qui constituait l’épine dorsale de l’ancien code du Samouraï. Le but de cet exercice est l’unification de soi avec « Ten » (le ciel)

Ikari to Tawamureru : Réputé indescriptible. Littéralement « jouer avec la lumière » peut être considéré comme une œuvre maîtresse du fondateur du Shintaido sur le plan artistique. Sans forme précise Hikari ne s’enseigne pas en tant que lui même. Il est un aboutissement. Il est plutôt réservé à des pratiquants ayant un certain niveau d’expérience.

« …Ce kumité (pratique avec partenaire) ranime en nous l’enthousiasme de l’enfance, perdu en grandissant. Le plus exact, peut-être, serait de décrire cette forme comme l’expression de l’amour par le mouvement… » (extrait du livre « Shintaido, un art de mouvement et d’expression de la vie » par Maître H. Aoki)

Wakamé Taiso : Tel est le surnom donné à cet exercice de méditation avec partenaire. Pendant que l’un se prétend devenu une algue, l’autre s’imagine faire partie du courant océanique. Cet exercice vous conduira vers une compréhension plus profonde de vous-même et une communication plus profonde avec votre partenaire.

Taimyo Kata : Dernier-né des katas de Shintaido, Taimyo (« Le Grand Mystère ») a été créé à l’origine pour permettre aux personnes de constitution fragile (personnes agées ou affaiblies, femmes enceintes) de récupérer leurs forces. Il a donc une vocation thérapeutique. Outre son effet régénérateur, il amène le pratiquant à un état de profonde méditation. Il condense tout le message, tout l’esprit du Shintaido.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close